/ Polynésie - Bye-Bye Paris !

mercredi 25 juin 2008

     Les requins sont nos amis, il faut les aimer aussi ...

                                                                                                                                                       25 06 2008

A l'aeroport de Tahiti tu comprends pas trop ce qui t'arrive. D'abord tu t'attends a une rangee de vahinees toutes plus sexy les unes que les autres venant te passer un collier de fleurs autour du cou. Deception. Deux vielles hotesses Air France nous mettent une fleur de tiare sur l'oreille tandis que deux papys s'escriment dans un coin sur un ukulele.

En sortant de l'aeroport tu cherches des images Polynesiennes : un lagon, des plages, des bungalows et tu tombes sur une ville : Papeete avec ses bagnoles, ses bouchons et ses routes a 4 voies. Ca demarre fort, la polynesie des cartes postales attendra un peu.

Nous logeons chez Fred et Christelle, une pension a 10 km de Papeete. Ils nous donnent les 10 commandements de la vie en polynesie.

Tu ne t'enerveras pas, ca ne sert a rien, Tu ne seras pas presse ca ne sert a rien non plus. Rien n'est grave, tout est cool, tiens assis toi la, tu vas voir, ca va bien se passer.

Tu tutoieras tout le monde, ca simplifie les choses, tu vivras a poil, ca fatigue moins la machine a laver, et surtout tu travailleras pas beaucoup sinon c'est toi qui fatigue et avec cette chaleur, c'est pas bon. ( Ici d'ailleurs le Lundi a un surnom, c'est petit Dimanche )

Nous passerons donc deux jours a trainer nos savattes un peu partout. Pour descendre a Papeete il y a un bus. Il passe toutes les heures de 10 a 12 et de 14 a 17 sauf les WE et jours feries. Je l'ai deja dit, faut pas etre presse. Si tu es presse, tu fais du stop. Tout le monde s'arrete ici. C'est vrai. Au bout de 2 minutes, quelqu'un s'arrete. Notre chauffeur est tatoue de partout et conduit une mercedes bleu roi munie de sieges leopard. Bref quelqu'un qui a beaucoup de gout. Ce monsieur, au demeurant tres gentil, nous amene a destination : le marche de Papeete. Celui-ci est rempli de couleurs et de sourires : des pareo, des fruits, des visages avenant. L'ambiance nous semble hyper detendue ( Mais comment pourrait il en etre autrement ... ) et les blancs nous semblent beaucoup mieux integres au sein des polynesiens que ne l'etaient leurs homologues en Nouvelle Caledonie.

En face de Tahiti trone une autre ile : Moorea. Celle ci est beaucoup plus conforme au reve polynesien. Un lagon, une barriere de corail, une plage de sable blanc, bref tout y est. Nous rencontrons au camping un couple de tourdumondistes sympa : Gwen et Charles. Les points communs entre leur voyage et le notre sont nombreux. Les pays sont quasi indentiques, seuls quelques jours de decalage nous separent a chaque fois. Faire le tour du monde, finalement c'est d'un banal ....

A Moorea nous rencontrons un tahitien nomme Teva, organisateur de sorties pirogue dans le lagon. Pour l'aspect et le nom c'est un Tahitien, pour le reste, c'est un Marseillais.

-Le requin, je le prends, je le coince, je fais un noeud avec sa queue, je le fais tourner autour de ma tete et ensuite tu lui fais un bisou sur le nez ....

- Whouahhhh, t'es fort Teva ......

Dans les faits nous demarrons la sortie dans le lagon avec des raies. Pas timides ces animaux, pour quelques bouts de sardine, elles te montent quasiment dessus. A la fin, j'etais gene pour elles, aucune pudeur ....

Au bout de 10 minutes a faire joujou avec les raies, le premier aileron apparait. Eux aussi apprecient les sardines. Je mets la tete sous l'eau histoire de savoir a quel point nous ne sommes plus seuls. Effectivement, il y a du monde. Une dizaine de requins pointes noir orbitent autour de nous, resserrant de plus en plus leurs cercles. Au bout d'un moment leur curiosite et appetit sont tels qu'il nous faut remonter sur la pirogue. Partie remise, nous en reverrons. Le lendemain nous decidons avec Marie de repartir sur le lagon en kayak. Dans notre sac, une boite de thon histoire de faire ami ami avec nos amis les raies et les requins. Malheureusement il semble qu'un deal prealable ait ete passe entre ces animaux et Teva le pirroguier. Si tu ne payes pas ton billet a Teva, les animaux ne se montrent pas. La boite de thon y est passee et nous n'avons vu guere plus qu'un poisson rouge.

Une derniere journee sur un scooter ou Marie, derriere moi, gemit des que les 30km/h sont depasses et nous sommes prets pour une autre ile Huaine.

Sur Huaine l'ambiance est beaucoup moins touristique que sur Moorea. Nous elisons domicile dans un camping spartiate. La hutte ( 5 ou 6 m2 ) contient un lit deux places, point. Sol en sable, pas de porte, eclairage a la bougie, bref le cinq etoiles polynesien. Ah oui, j'oubliais, le camping est ecologique. Apparemment les ampoules electriques detruisent l'envirronement parce qu'il doit y en avoir 3 dans tout le camping. C'est sans doute pour favoriser les rapprochements le soir, sous la lumiere ... Nous y passons 5 jours. Les trois premiers jours nous y sommes seuls et avons un peu l'impression de jouer dans kohlanta. Un seul magasin d'alimentation a 1km avec du beurre en conserve, des sachets de bolino et pas grand chose d'autre ... Du coup nous sympathisons carrement avec les locaux. La proprietaire du camping nous donne a manger, son fils secoue la tete a chaque fois qu'il me voit en me disant que les footballeurs francais sont vraiment des breles et son beau fils ( 18 ans ) fait le joli coeur avec Marie quand il ne se fait pas rappeler a l'ordre par sa copine qui fait deux fois son poids. Nous lisons beaucoup, nageons dans les coraux un masque sur la tete, bref sommes heureux.

Pres du camping officie Morgan, un prof de plongee. C'est le moment de valider notre niveau 1 acquis a Argenteuil. Morgan nous fournit le materiel, Marie lui demande s'il n'a pas oublie les tubas, bref nous passons pour des professionnels. Heureusement, il ne se decourage pas. Tres pedagogue, il va se reveler etre un super prof. Sous l'eau il prendra Marie par la main dans les passages a fort courant, nous indiquera la faune presente, et n'hesitera pas a nous repeter dix fois les choses plutot qu'une. J'apprendrai plus tard qu'outre ses activites de prof de plongee, il est aussi plongeur professionnel et descend jusqu'a -120m au pied de plateformes petrolieres pour effectuer des travaux de mecanique ou de ferronerie. Respect.

Pour une premiere plongee, les grosses betes sont au rendez vous : requins gris, pointes noirs, pointes blanches, raies leopards mais aussi les petites : Nemo et tous ses copains. Marie ressort de cette plongee emballee. Une vocation est nee.

Nous quittons Huaine et partons pour Bora Bora. Chers Amis, votre cadeau arrive au bon moment. Apres 5 jours de cabane dans la jungle, le Novotel, sa chambre spatieuse, son eau chaude et ses draps propres sont les bienvenus. Nous en profitons pour barbotter tous les petits echantillons de bain moussant ainsi que les dosettes de cafe. Eh oui, quand les fauches vont dans le grand monde, ils ne repartent jamais les mains vides ...

C'est l'heure de notre deuxieme plongee. Les profs sont moins sympas. Les cheveux longs, bien bronzes, dents blanches, un physique et un QI assez proches de Brice de Nice, ils consentent a nous expliquer les bases de leur Art tout en se faisant des blagues a deux balles. J'avais deja rencontre cette race parmi des profs de ski et autre maitres nageurs et n'avait pas particulierement sympathise. Arrive le moment cle ou ils decouvrent horrifies avec des grimaces de degout que nous avons valide notre diplome en piscine et non pas en mer. Eh oui, j'ai failli rajouter qu'une apnee de 10 secondes la tete dans les chiottes avait suffi pour valider mon diplome mais me suis abstenu, Marie me faisait les gros yeux depuis un moment deja ... Nous plongeons neamoins deux fois coup sur coup et ne le regrettetons pas. Le matin, au menu, il y a du requin citron ( un gros peperre de 2m50 ) et juste avant midi, nous admirons des bancs de raies s'envoler tels des oiseaux par 20m de fonds. Magnifique.

Le lendemain de cette plongee nous repartons en excursion sur une pirogue dans le lagon. Nous nourrissons les raies, les requins et dejeunons a la Tahitienne dans des feuilles de coco sur un atoll. Le lagon est vraiment magnifique et cette journee restera longtemps dans nos memoires.

Voila, Bora Bora touche a sa fin. Nous n'en avons neanmoins pas fini avec la Polynesie. Il nous reste Maupiti dans les parages, puis les Marquises. Ce fera l'objet d'un autre billet. Nous vous embrassons bien fort. Encore merci pour ce super cadeau sur Bora Bora, nous en avons bien profite ....