/ La jungle, c'est pas mon dada ... - Bye-Bye Paris !

jeu 24 juil 2008

     La jungle, c'est pas mon dada ...

                                                                                                                                                       24 07 2008

Ola ! Que tal ? Muy bien.

C'est juste pour vous montrer l'etendue des progres en deux semaines. Enorme. Ca dechire. En fait les progres viennent mais doucement. Tant que la conversation reste sur des rails determines ( repas, chambre d'hotel, taxi ) ca passe, notre charabia suffit. Mais des que notre interlocuteur sort des sentiers battus, c'est le retour de mes mains ont la parole, plus les grimaces et le charabia italien, bref le grand couscous. Heureusement nous comprenons beaucoup plus que nous n'arrivons a parler. Du coup en disant si toutes les trente secondes, l'illusion de la conversation est totale.

Le point de depart de notre trip en Amerique du Sud est Quito, capitale de l'Equateur. La vielle ville est jolie. L'architecture coloniale y est tres presente et de temps en temps nous nous attendons a voir debouler Zorro et le sergent Garcia. La population est mixte, moitie espagnole, moitie queshua. Premiers ponchos, premiers chapeaux, premiers enfants portes en bandoliere, premiers visages burrines. Marie mitraille comme en 40.

Assez vite la misere apparait : mendiants, enfants cireurs de chaussures, drogue, vendeurs de n'importe quoi. L'argent ne semble pas tomber du ciel, ici. Un taxi nous dira que 50% de la population vit avec moins de 150$ par mois. Nous, en tant que touristes, depensons environ 40$ chacun, par jour. Ca me laisse songeur ...

Nous quittons Quito et partons dans le Nord dans une ville nommee Otavalo. Cette ville est reputee pour son marche indien. A 5 heures du Mat, le marche demarre avec la bourse aux animaux. Veaux, vaches, cochons, poules, poussins, ils sont venus, ils sont tous la. Ca beugle, ca grouike, ca fait caca partout, les maquignons n'en finissent pas de marchander et nous regardent en se demandant ce qui nous amene ici. La routine des uns, le voyage des autres ...

Nous enchainons avec les fruits, legumes et autre artisanat. C'est un feu d'artifice de couleurs et de cris. Il est beau mon melon, il est beau ! ( en Queshua, bien sur ). Marie s'oublie encore un peu sur le declencheur de l'appareil.

Otavalo est aussi reputee pour son volcan. Un cratere rempli d'eau dont le tour se fait en quatre heures a une moyenne de 3500m. Ce sera notre premiere marche en altitude. Beautiful. A signaler durant la marche un moment epique ou nous croisons sur le sentier etroit deux vaches assez mal lunees avec qui il faudra parlementer une demi heure pour pouvoir passer. La faute certainement a notre espagnol defaillant. Marie a bien tente quelque mots de patois cantalien mais sans grand succes ...

A deux heures de Quito mais cette fois dans le Sud, nous arrivons a Latacunga, 3000m d'altitude. Deux choses sont a voir dans les environs : La lagune Quilotoa et le volcan Cotopaxi. La lagune Quilotoa ressemble pas mal a celle d'Otavalo : Un volcan abrupt, dont le cratere est rempli d'eau. Je me repete mais c'est encore tres beau. Le volcan Cotopaxi culmine a 5800m d'altitude. Il domine toute la region et semble inviter le touriste a gravir ses flancs. Marie ne resiste pas au chant des sirenes et decide de l'escalader. Moi, depuis le debut de ce voyage mon surnom c'est ceinture et bretelles. Quand elle m'annonce sa volonte, je fais donc une tres jolie grimace et tente quelques remarques encombrees d'ondes negatives :

Mais tu ne crois pas, qu'un 6000 enneige pour des gens qui n'ont jamais fait d'alpinisme, c'est un peu risque ?

Le tout est balaye d'un revers de main. Je degage trop de mauvaises ondes. Nous nous retrouvons donc dans une agence ou nous tombons sur le guide le plus cooperatif de la planete.

Grimper Cotopaxi, No problemo, le 1er jour tu marches jusqu'au refuge a 4800m, le deuxieme jour tu grimpes au sommet, tu redescends et voila c'est fini. Pour le tout, prix d'ami 150$

Euh oui, mais on est debutant ?

No problemo, tout ce que tu as a faire c'est poser un pied devant l'autre

Evidemment, presente comme ca, je faisais une fois de plus ma chochotte. Heureusement, Internet nous a sauves. Apres avoir depose des arrhes, Marie tape Cotopaxi dans Google et decouvre deux, trois choses que le guide avait oubliees. Cotopaxi, c'est une escalage de 7heures en crampons, piolet a la main. 50% des gens tentant de l'escalader echouent, trois crevasses sont a franchir, la pente est a 45 degres, nausees, vomissements, mal de l'altitude sont monnaie courante. Je vois Marie devant son ecran passer du rose clair au vert olive.

T'inquiete pas bebe, on va rappeler le guide, on va faire autre chose a la place

Oui, ca vaut peut etre mieux

Autre chose c'est une marche de 5 heures dans le parc naturel autour du volcan. Nous sommes autour de 4000m et la vegetation est lunaire. Une steppe tres basse recouvre le sol. Les arbres ont disparu, seul le volcan nous domine de tout son relief. Nous rencontrons des lamas sauvages et autres rapaces. Ce changement de plan n'est donc pas si decevant. Nous prenons neanmoins l'engagement de nous depuceler en France et de gravir le Mont Blanc. Ce sera un bon debut.

Toujours plus au Sud et toujours dans les montagnes nous arrivons a Banos. Nous n'y passons qu'un jour. Au programme VTT le matin et Raft l'apres midi. Le VTT se deroule dans des gorges ou abondent cascades et falaises. Beautiful. Pour le raft, la encore, la ceinture et les bretelles avaient tenter d'opposer deux, trois petites choses mais la, elles se sont faites envoyer sur les roses. Heureusement. Les trois heures sur la riviere sont passes super vite et nous ont beaucoup plu. A refaire.

A Banos une agence nous propose de passer 4 jours en Amazonie en immersion complete. L'amazonie faisait partie de nos objectifs avant de partir. Aussi saisissons nous l'occasion. Effectivement apres 17 heures de bus et trois heures de pirogue, l'immersion est complete. Nous sommes au coeur de la foret. Le campement est une terrasse sur pilotis sans murs au milieu d'une clairiere. Autour c'est le grand vert. Ces quatre jours ont beaucoup plu a Marie. Etaient au programme des marches diurnes mais aussi nocturnes et des balades en pirogue. Oiseaux, serpents, tarentules, fourmies survitaminees, dauphins, caimans, piranhas ils sont venus, ils sont tous la. Seuls ont manque a l'appel anacondas et autres jaguars ( je ne sais pas si il faut dire malheureusement ... ) Moi, ces quatre jours, je les ai avales comme une cuilleree d'huile de foie de morue. Sentiment d'enfermement, clostrophobie, oppression, quatre jours dans une prison de chlorophylle. Un bonheur. J'avais l'impression que le ciel n'existait plus, qu'il avait ete remplace par des arbres, que ma liberte de mouvement se reduisait a aller aux toilettes, et que chaque minutes durait une heure. Je crois pouvoir dire que mon humeur s'en est legerement ressentie et que Marie a eu bien du merite a me supporter.

Heureusement pour les uns, malheureusement pour les autres, ces quatre jours prirent fin. L'epilogue est neanmoins savoureux : 24 heures de bus consecutives pour retrouver le sud de l'Equateur et ses montagnes. La encore, un bonheur. Heureusement avec les montagnes je me suis remis a respirer et Marie a retrouve des draps propres et de l'eau chaude. Donc tout le monde il est content. Cuenca est la derniere ville qu'íl nous sera donne de visiter en Equateur. Nous passons au Perou Demain.

Celle qui murmure a l'oreille des vaches et celui qui peut plus voir une foret en peinture vous saluent bien bas ....

Grosses bises.

19 commentaires à La jungle, c'est pas mon dada ...

25 07 2008
Karine A. :

Magnifiques les photos du marché !!!! Je vais en encadrer quelques unes chez moi, encore une fois, well done Marie. Par contre je vous laisse les bêbêtes de la jungle, beurky beurk...
Question connement pratique qui me vient à la vue de l'immaculé T-shirt blanc de Marie : vous lavez votre linge dans des laveries ?

Bisous et prenez bien soin de Marion !!!! J'attends avec impatience les prochaines photos

25 07 2008
Dridrine :

Ah ça faisait 14 jours que j'attendais de voir les photos de l'Equateur ! Maris t'as bien canardé! vive les ponchos, pour tous les goûts et toutes les couleurs!
Bisous à tous les 2.

PS : j'ai adoré l'épisode des vaches mal lunées ;-)

25 07 2008
fifi :

Quel foisonnement de couleurs ! Et les photos des bebetes sont magnifiques !!
Marie, le Pancho te va a ravir ;-))

gros bisous à tous les deux et merci pour ce moment de dépaysement !

25 07 2008
La Gillotte :

Ouh ouh Marie,

j'ai vu que tu as enfin trouvé des converse !!!
biz

25 07 2008
Giam :

Eric vous a rejoint, c'est chouette !

25 07 2008
Fred :

Eh, mais le Mont Blanc, je connais.
Je suis à l'instant où je tape sur la place de l'OT de Chamonix avec le géant qui me fait face.
Mais c'est un peu de la triche, le téléphérique monte à 3800...

25 07 2008
Lolo06 :

Ca va mon Fredou ?
Il fait beau dans les Alpes ? ;)

J'en profite en passant par là pour dire à mon petit Phanou et ma ptite Marie que je vous fais une sauvegarde du site ce soir ;)

Gros poutous à tous les 2

28 07 2008
Olivier C. :

Avec toutes ces araignées velues, ces crocodiles et la moindre branche d'arbre qui ressemble à un anaconda, on ne doit dormir que d'un oeil dans cette jungle. Pauvre Ingrid...6 ans. Heureusement que Super Sarko l'a sauvée. Il ne vous manque pas trop au fait?
Sinon la question que je me pose: est-ce que Marie a le temps de faire la conversation entre 2 photos? Toujours aussi magnifique d'ailleurs. Avec la prose de Steph et les photos de Marie je crois qu'il faut que vous éditiez un livre au retour du genre "la terre vue de la terre" ou "la terre et les terriens". Enfin bon pour le titre on a encore un peu de temps pour réfléchir.

28 07 2008
cec :

Ce ne sont pas des photos mais de véritables cartes postales!!
Bravo à vous 2!
gros bisous

28 07 2008
Mikhal et Math :

Au risque de radoter, on vous ENVIE !!!

Enormes bisous

28 07 2008
yves( le petit CANTALOU ) :

tres tres belles photos , et que de souvenirs..si vous voullez voir ce qu'on voit au sommet du Cotopaxi dite le moi ,je sotirais quelques clichés de mon album...je retrouve un n° de téléphone d'une photographe rencontré a la PAZ ,qu'il vous faut absolument renconter aussi,une personne exceptionnelle...a bientot.. ados y saluté...

28 07 2008
Julien M :

A vous les mystérieuses cités d'or..en tout cas si vous les trouvez restez y :-) ou bien ramenez en un max.

Bravo pour les textes de Stéphane.

29 07 2008
yves( le petit CANTALOU ) :

voici les n° de teléphonne d'Anouk :le fixe :
+591 22 74 58 63 et le portable :+591 730 77 570 .anoukgar@yahoo.es ,sincerement essayez de vous rencontrer,elle est amoureuse de son pays et en parle avec passion ! biz et ne travaillez pas trop!!!vénards.....a+

01 08 2008
PO :

Eh ben merde alors !

Moi qui t'imaginais facilement en Crocodile Dundee hispanisant...

Côté Mont-Blanc, consulte bien Google aussi avant d'y aller : ce n'est pas très technique mais c'est de la marche avec crampons et piolet avec là-aussi quelques passages délicats... Et il y en a pas mal qui n'arrivent pas au bout !

En gros il ne faut pas que ce soit la première sortie montagne de l'année. Mais bon, avec tous les globules rouges que vous êtes en train de faire (taux hématocrite à surveiller mon petit Stéphane), ça devrait vous aider à aller de plus en plus facilement de plus en plus haut.

Grosses bises du Chamoniard (scotché à 500m) à tous les 2.

07 08 2008
Dridrine :

AHH mais pourquoi n'avez-vous pas mis un message d'avertissement avant vos photos "aracnophobes s'abstenir" .. j'en ai la chaire de poule !!!!
Il vaut mieux vous que moi ;-))
Bisous !!!

09 08 2008
Fred :

17 jours sans nouvelle, ça va les poulets?

09 08 2008
cec :

Les péruviens vous auraient ils kidnappé??? :) :) ou profitez vous tout simplement de votre tranquilité et de votre invité?
Enfin pensez à nous quand même!! :)
On s'impatiente!

22 08 2008
Daï-daï :

Nous on connait l'Amazonie côté Brésil et on a adoré avec Adriana même si les Anacondas sont un peu connards sur les bords...

07 10 2012
rzitQCabRjAKvFWKmqn :

Je suis toujours sirrpus du cloisonnement conside9rable de l'establishment scientifique.Ainsi, on entend et lit re9gulie8rement votre phrase : les diffe9rentes e9tudes sur les effets de l’home9opathie montrent que les be9ne9fices ne sont pas supe9rieurs e0 ceux que procurent un placebo.1) Le proble8me, c'est que ces e9tudes sont base9es sur des protocoles expe9rimentaux adapte9s e0 la science re9ductionniste : on applique un me9dicament fixe e0 une population donne9e, un autre me9dicament tout aussi fixe e0 une autre population, un placebo e0 une troisie8me, et on compare.Or, le B-A-BA de l'home9opathie consiste e0 soigner le malade, et non pas la maladie. Autrement dit, appliquer syste9matiquement le meame me9dicament pour la meame maladie, e7a marche e9videmment avec les me9dicaments chimiques cone7us pour e7a, mais e9videmment pas avec les me9dicaments home9opathiques qui ne sont pas cone7us pour e7a. Il est normal qu'un me9dicament home9opathique administre9 e0 des gens diffe9rents sans tenir compte de leur re9action personnelle e0 la maladie (qui est la base incontournable de l'home9opathie) n'aura pas plus d'effet que pas de me9dicament du tout : e7a revient e0 donner un me9dicament inadapte9 !Autrement dit, les fameuses e9tudes qui prouvent pre9tendument l'inefficacite9 de l'home9opathie reviennent e0 e9valuer le niveau d'alphabe9tisation d'un chinois en lui posant des questions en basque !!! C'est tout simplement se moquer du monde. Ce n'est meame plus une imposture, c'est une insulte e0 l'intelligence, c'est de l'arrogance aveugle. Que les scientifiques en question admettent que le basque n'est pas la langue universelle de l'humanite9, et fassent l'effort d'apprendre le chinois. Une fois qu'ils poseront les questions dans la langue de leur interlocuteur, ils de9couvriront qu'il est autrement plus cultive9 qu'ils ne le croyaient une fois qu'ils feront l'effort de monter des protocoles expe9rimentaux tenant compte du mode d'action de l'home9opathie, ils pourront commencer e0 disposer de donne9es se9rieuses.2) Par ailleurs, j'ai travaille9 avec des e9leveurs ovins (je suis agronome), confronte9s e0 diverses pathologies. J'e9tais e0 l'e9poque bien nourri de la propagande des laboratoires chimiques, et je ne croyais pas e0 l'home9opathie, pour les raisons que vous expliquez dans le billet. Or, j'ai pu constater e0 de nombreuses reprises l'efficacite9 indiscutable de reme8des home9opathiques, dans des situations of9 l'absence d'intervention aurait conduit e0 la mort de l'animal.Comment oser parler d'effet placebo lorsqu'un me9dicament marche sur un animal ?Et je pre9cise (puisque j'ai plusieurs fois subi les re9ponses des opposants obsessionnels e0 tout ce qu'ils ne comprennent pas ) que les animaux en question ne savaient pas qu'on les soignait, puisque le reme8de e9tait dilue9 dans leur eau de boisson : n'allez pas invoquer un effet psychologique du mouton qui verrait pre9tendument que son berger s'occupe de lui et qui gue9rirait alors par l'effet de son esprit rassure9 ;-).Mais comme les travaux sont cloisonne9s, les me9decins qui cherchent e0 re9futer l'home9opathie ne veulent pas entendre parler de la me9decine ve9te9rinaire. :-(C'est marrant, cet obscurantisme scientifique qui consiste e0 conside9rer que tout ce qui n'est pas encore mis en e9quation est force9ment faux Les meames re9futaient la rotondite9 de la terre ou le magne9tisme (ce dernier est un bon exemple : pendant des sie8cles on a pre9tendu que le magne9tisme relevait de la magie jusqu'e0 ce qu'on de9couvre qu'il obe9issait e0 des lois physiques).

Ajouter un commentaire